Orage sur Paris…

Le tonnerre gronde, pas si loin, tandis que la pluie se déverse sur les murs gris de crasse. Lorsque l’éclair tombe et qu’éclate le Ciel, sa colère résonne contre les immeubles qui s’élèvent en rangs serrés, maussades et tristes.

Ma première pensée est que je n’ai pas de parapluie, et si l’averse ne cesse pas, je rentrerais trempée ce soir. Puis je goute avec délice la douce chaleur que la radiateur diffuse, heureuse d’être, pour l’instant, à l’abri.

Publicités

2 commentaires sur “Orage sur Paris…

  1. Asia Morela dit :

    Hé, ça faisait longtemps! 🙂
    Je n’aime pas être trempée, ça peut être franchement désagréable, mais à chaque fois que ça m’arrive je pense à la première page de L’OEuvre, de Zola…

    « Claude passait devant l’Hôtel de ville, et deux heures du matin sonnaient à l’horloge, quand l’orage éclata. Il s’était oublié à rôder dans les Halles, par cette nuit brûlante de juillet, en artiste flâneur, amoureux du Paris nocturne : Brusquement, les gouttes tombèrent si larges, si drues, qu’il prit sa course, galopa dégingandé, éperdu, le long du quai de la Grève. Mais, au pont Louis-Philippe, une colère de son essoufflement l’arrêta : il trouvait imbécile cette peur de l’eau ; et, dans les ténèbres épaisses, sous le cinglement de l’averse qui noyait les becs de gaz, il traversa lentement le pont, les mains ballantes. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s