Mes étapes pour la construction d’un récit.

Aujourd’hui, j’ai besoin de clarifier mes idées. Et comme rien n’est plus efficace pour cela que de faire un point compte-rendu, c’est ce à quoi je vais m’atteler. Et je le fais ici, parce qu’après tout, si j’ai un blog, c’est bien pour faire 36 15 raconte ta life, non?

Je me demandais donc pourquoi je n’arrivais jamais à finaliser un texte. Et puis je me suis dit qu’avant de finaliser, il fallait l’écrire, et que pour l’écrire, il fallait le construire. Et là vient la question cruciales: comment je construit mes textes, au juste? Ceci n’est pas du tout une question réthorique, je me la pose vraiment. Je n’ai pas la moindre idée de comment je m’organise. Donc revoyons ça ensemble:

D’abord, la pulsion. On en parlait il y a quelques temps avec mon amie Maureen (qui écrit mais qui reste discrète à ce sujet): pour moi, le premier mouvement d’un texte, c’est avant tout un besoin viscéral qui surgit, sortit de ma tête, mon cœur, mes tripes, que sais-je encore. C’est la traduction la plus primaire, la plus spontanée de mon état d’écrivain. Ma manière à moi de dire, comme Stephen King, que « tous ceux qui pratiquent leur art avec honnêteté persisteraient si leurs efforts n’étaient pas rétribués ; ils persisteraient face aux critiques, voir aux insultes ; menacés de mort ou de prison, ils ne renonceraient pas. » (Merci Julien pour la citation!)

Cette pulsion, c’est l’expression d’une partie de moi, qui ne répond ni à la logique ni à un quelconque sens du spectacle. Ça sort, point barre.

Des pulsions dans ce genre, j’en ai eu plein. Ça a donné des textes plus ou moins longs, plus ou moins intéressants. J’en ai jetés plein, qui étaient sans intérêt et que je ne comptait pas poursuivre. J’ai essayé d’en poursuivre plein, que j’ai finalement abandonné.

Alors pour ceux que j’ai réellement poursuivis – tels que Prison ou Demi-fée -, même s’ils sont en stand-by, quelle est l’étape suivante?

Je dirais que je poursuis deux chose en parallèle: le développement de mes personnages – via les fiches dédiées – et celui de l’univers dans lequel se déroule l’action – grâce au fabuleux World Quizz.

Les deux se déroulent en parallèle car ils interagissent: les personnages, leur vie, leur caractère, leur aspect physique, sont influencés par le monde dans lequel ils vivent. Toutefois, il arrive que je crée un personnage en tenant à certaines de ses particularités, auquel cas c’est le monde qu’il faut adapter au personnage… Et c’est loin d’être une mince affaire. Cette étape est de la plus haute importance car elle conditionne tout le travail d’écriture qui va suivre. Une fois que j’ai créé mon univers et que j’en ai fixé les règles, je suis obligée de les suivre, sous peine d’écrire un récit décousu et dénué d’intérêt.

En parallèle, je continue généralement à écrire. C’est une manière pour moi de garder l’impulsion première, de développer ce qui existe déjà, y compris mes personnages. généralement, ils ont déjà une personnalité bien à eux, il suffit juste que ej la découvre… Et cela passe par l’écriture.

En parallèle, le fait de remplir le World Quizz m’amène à créer tout un tas de documents annexes qui me servent de repères. Ainsi, pour demi-fée, j’ai créé un calendrier, un certain nombre d’arbres généalogiques, des comptes mythologiques, j’ai organisé la société en castes, j’ai créé un système monétaire…

Au fur et à mesure que je crée de nouveaux éléments, je les incorpore au récit, que je ne cesse jamais réellement d’écrire. Ils m’aident à faire avancer l’action et à enrichir l’univers que le lecteur découvre, et donc à pousser l’histoire en avant.

Quand j’en ressens le besoin – ce qui m’arrive périodiquement – j’arrête d’écrire et je relis l’intégralité de mon texte tout en le corrigeant. J’y apporte les corrections grammaticales et orthographiques nécessaires, je retravaille ce qui est bancal, tout en tenant compte des remarques de mes bêtas-lecteurs et des éléments nouveaux que j’ai pu apporter – et que j’ai moi-même découverts! – au fur et à mesure du développement du récit/de l’univers.

Au final, je me rends compte que contrairement à certains auteurs de ma connaissance (je pense notamment à Jo Ann) qui sont organisés à l’extrême (mais comment faites-vous?!) et qui pensent chaque élément de leur récit à l’avance, en ce qui me concerne, cela reste très spontané. Je n’imagine pas de dissocier l’écriture à proprement parler et la préparation que cela nécessite, pour moi, ces deux éléments se nourrissent l’un de l’autre et doivent rester étroitement liés si je veux rester productive…

Publicités

6 commentaires sur “Mes étapes pour la construction d’un récit.

  1. Amapoesia dit :

    Je suis assez comme ça. j’ai une idée de là où je veux aller, du bout de la route, mais le chemin pour y arriver est aléatoire et même le bout de la route peut être amené à changer en cours de route.
    Et je ne suis pas sûre du tout que ce soit une bonne chose.

  2. Asia Morela dit :

    Je suis bien pire! « Pantser » jusqu’aux bouts des ongles! 😛 J’invente mon monde au fur et à mesure que j’écris; du coup lorsque l’écriture s’étire sur une longue période de temps, je me mets à oublier les détails, que je dois constamment checker dans le début de mon récit, car c’est le seul endroit où ils sont notés… C’est le problème de ne faire aucune fiche, de ne prendre aucune note, de ne rien préparer! C’est un problème d’efficacité; je pense qu’un auteur pro ne pourrait pas se le permettre. En dehors de cela, cependant, je ne crois pas que ce soit un problème en soi.

    Il est vrai qu’on se retrouve parfois bloqué dans un projet parce qu’on n’arrive pas à surmonter une difficulté scénaristique. Que si on y avait pensé à l’avance, on ne serait pas bloqué. Mais c’est un peu l’oeuf et la poule, non? Que l’on prépare un synopsis à l’avance ou pas, on peut se retrouver bloqué. Je préfère être bloquée au stade écriture qu’au stade préparation. Le pire, c’est de ne pas savoir comment développer un roman qui n’existe même pas! Sans compter que parfois, on se fait des idées abstraites, toutes faites sur « comment ça pourrait se passer », mais une fois dans l’écriture concrète, on se rend compte que ça ne fonctionne pas! Les personnages ont pris de la consistence et ils ne permettent plus qu’on les manipule au gré des besoins de notre intrigue… Ou bien on réalise en décrivant précisément une scène de l’impossibilité physique de notre idée initiale.

    Finalement, mon organisation peut varier d’un projet à l’autre. Si je refaisais tout le temps la même chose, je m’ennuierais. La seule méthode à laquelle je tiens, c’est discipline + plaisir. Je crois qu’en dernière instance, ce sont les deux seuls éléments qui m’amèneront au bout d’un projet!

    • Alice dit :

      Ça se tient! Moi j’ai fait une concession sur les fiches que je remplis au fur et à mesure uniquement pour éviter le problème que tu évoques, à savoir devoir tout relire pour retrouver un « détail important »…

  3. CADET dit :

    Alice, tout ce que je lis de vous m’enchante, vos analyses, vos reflexions. Vous êtes sans qu’on puisse en douter une seconde , exceptionnelle. Vous exprimez parfaitement tout ce qui m’a empêché d’écrire, cette organisation, cette planification , ces anticipations du récit Mais j’oublie l’essentiel : je n’ai pas votre talent……

    • Alice dit :

      Vous allez me faire rougir!

      Toutefois je suis loin d’être organisée… Bien au contraire! C’est pour cela qu’aucun de mes romans n’est terminé, d’ailleurs… Je fais de mon mieux, mais j’espère bien vous présenter un jour une oeuvre achevée…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s