La complainte du Babywriter

Comme vous le savez, je suis en plein Challenge 1000 mots en ce moment, et j’approche donc dangereusement de la fin de ma nouvelle pour l’AT des Editions Sharon Kena.

Pratiquement 90% de la nouvelle écrite, des retours positifs des bêta-lecteurs (quelques remarques mais ils n’ont pas encore eu la version finale, en tout cas l’histoire, les personnages et le style leur plaisent!) et le dénouement déjà planifié (depuis longtemps), que demande le peuple, me direz-vous?

Eh bien le peuple (se) demande si c’est normal de faire un blocage à ce stade-là. Parce que, voyez-vous, ce joli point final qui se profile à l’horizon sera le premier de toute ma « carrière » d’écrivain émergent. Bien sûr, j’ai déjà écrit quelques textes qui n’ont pas de suite et qui se suffisent à eux même, comme celui-ci ou bien celui-là. Mais jamais, au grand jamais, je n’ai fini un texte en ayant conscience qu’il serait ainsi « complet ». Les exemples précités n’entraient dans le cadre d’aucun projet, ce sont seulement des orphelins qui, peut-être un jour, évolueront. Ou peut-être pas.

Arimaspes (titre provisoire) serait ainsi ma première oeuvre parachevée. J’ai un peu la pression, là.

Alors je me demande: est-ce que j’essaye de retarder l’échéance? Je sais que ce texte n’est absolument pas celui que j’avais rêvé. A vrai dire, en comparaison de ce que j’ai en tête, c’est une bouse finie. Mais bon, il en ira de même pour tout ce que j’écrirai, donc… Ou alors est-ce que j’ai peur de le laisser partir? Parce quand ce point final sera posé, il prendra son envol, et je n’aurais plus qu’à le soutenir, quoi qu’il advienne de lui…

Pfiou, c’est stressant, d’être auteur.

Pour info: « babywriter » est un terme que j’ai inventé aujourd’hui, pour désigner tous les auteurs qui n’ont fini aucun texte.

Publicités

6 commentaires sur “La complainte du Babywriter

  1. […] +227 mots seulement aujourd’hui… J’en parle ici […]

  2. Le premier bouquin que j’ai terminé, c’était mon deuxième, quand j’avais 13 ans. Une centaine de pages format cahier de brouillon, mais tout de même, je trouvais ça énorme à cette époque, et quand je me suis retrouvé à écrire l’épilogue, j’étais tellement excité que ma main en tremblait – y’a plus de ratures dans cet épilogue que dans le livre entier, c’est dire !
    Tout ça pour dire que ce que je te décris là, ça s’est passé il y a 19 ans… et que rien à changé depuis ! Quand j’arrive à la fin d’un roman, j’ai les tripes nouées, je suis tout extatique, on a l’impression que je suis sous ecsta. Je pense du coup que la pression, tu l’auras toujours quand tu arriveras en fin de bouquin. Le blocage que tu décris, par contre, je crois pas trop m’avancer en disant que c’est plutôt normal et que c’est une étape à franchir. Comme tu dis, c’est ton premier véritable « point final » ! C’est pas n’importe quoi !
    Keep the faith, et au boulot !

    • Alice dit :

      Bon, au moins je ne suis pas « bizarre »… Je ne pensais pas que ça me mettrais dans un tel état, je dois l’avouer. Mon père (et mon chéri, et ma belle-mère, et mes amis) dit que je n’ai pas confiance en moi, je pense que ça n’aide pas. M’enfin, je ne me laisserais pas abattre! Plus que 1000 mots (à peu près) à coucher sur le papier, il ne me résisteront pas!

  3. […] L’expérience la plus marquante reste quand même que j’ai posé mon premier point final. Je ne pensais vraiment pas que ça me mettrait dans un état pareil, et pourtant si! J’avais le cœur qui battait à cent à l’heure, les mains qui tremblaient, et une furieuse envie de trouver autre chose à faire d’écrire, genre lire le tome 4 de Mercy Thompson. […]

  4. Barbara dit :

    Je suis donc une vraie babywriter, merci d’avoir réussit à me définir 😀 Ça fait toujours du bien de savoir ce qu’on est 😉

    • Alice dit :

      Héhé, le premier point final est une étape importante qui peut mettre du temps à pointer le bout de son nez, je trouvais ça sympa d’avoir un terme pour définir ce qu’on était avant… Parce qu’il y a réellement un avant et un après! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s