Quelques nouvelles d’Aintza

Bon, ça y est, je suis de nouveau sur les rails de l’écriture. En ce qui concerne Arimaspes, j’ai reporté toutes les remarques de mes bêtalecteurs sur un fichier papier qui est désormais plein de surligneur de toutes les couleurs et où foisonnent les « mais », les « bien » et les « plus » excédentaires… Viendra le temps de reporter les corrections sur le fichier word, mais cela attendra que mon esprit ait pris quelques décisions sur ce qu’il fallait faire de ce texte (le garder tel quel et en écrire la suite, ou bien l’étoffer pour qu’il soit un roman à part entière, et non une novella?)
Place donc à Demi-fée, qui attendait depuis bien trop longtemps que je daigne lui accorder de l’attention. J’ai relu tous mes chapitres (oui, quand on laisses ses textes de côté trop longtemps, on en oublie la moitié…) afin de bien me remettre en tête le déroulement de l’histoire jusqu’à maintenant, mes différents protagonistes, leurs relations, etc. J’ai donc pu engraisser mon chapitre 7, un peu rachitique, et commencer mon chapitre 8, sous la pression grandissante de mes bêtalecteurs.

Mon héroïne, Aintza, comence enfin à montrer de quel bois elle se chauffe, et je dois dire que ça fait un bien fou. Même moi, je commençais à me lasser de son apathie et de l’attitude passive qu’elle affichait face à tout les événements. Mais on dirait que l’état de choc est passé et qu’elle est bien décidée à reprendre sa vie en main! Va-t-elle le faire intelligemment? La question demeure, d’autant qu’elle reste malgré tout sous l’influence de nombreux protagonistes – et de ses propres sentiments.

Pendant ce temps, moi, j’essaye de me défaire de l’atmosphère délétère qui imprègne Arimaspes, afin qu’elle ne déteigne pas sur Demi-fée. Ces deux textes sont presque à l’opposé l’un de l’autre, et pourtant ils représentent chacun une partie de moi. Mais deux parties de moi qui, elles aussi, s’opposent: la partie rêveuse et optimiste, souvenir d’une enfance naïve quoi que marquée, comme celle de tout un chacun, par quelques épreuves, se retrouve en Syteliah, où Fées, Korrigans et Iaras maintiennent la cohésion du monde. La partie désabusée, cynique, trouve sa place dans l’univers d’Aiakos et Clémence. Il est difficile d’empêcher ces deux « entités » de s’influencer, si c n’est impossible, et pourtant j’y travaille de mon mieux, en espérant réussir.

Publicités

8 commentaires sur “Quelques nouvelles d’Aintza

  1. Ama dit :

    Et pourquoi ne pas mettre un brin de cynisme dans demi-fée et un brin de beauté et d’espérance dans Arimaspes ?
    Personne n’est tout blanc ou tout noir, pourquoi tes histoires devraient-elles l’être ?

    • Alice dit :

      Elles ne le sont pas… L’histoire qui unit Clémence et Aiakos a un beau fond, de même qu’est belle la volonté d’Aiakos de s’affranchir du monstre en lui, cet espoir perpétuel qu’il porte… Et il y a de la noirceur dans Demi-fée ; le début de la vie d’Aintza, le rejet de ses parents… Mais j’aimerais malgré tout garder les notes dominantes de chaque texte!

  2. CADET dit :

    Votre manière de nous décrire tout ce que vous ressentez en écrivant, en suivant vos personnages, en y repensant après des interruptions forcée constituerait à elle-seule un roman secondaire sur la création. Je suis une de vos fans mais je n’ai pu lire les textes que vous écrivez. Un film récent m’a fait pensé à vous, uniquement par le thème qu’il évoque , celui de la création. J’adorerai avoir une petite-fille qui vous ressemble. Gardez tout …c’est une belle aventure que vous nous racontez là.

    • Alice dit :

      Merci beaucoup, vos commentaires me touchent chaque fois énormément.

      Je n’essaye pourtant pas de faire de l’art, quand je parle de mes ressentis… Tant mieux si la sensibilité est là!

  3. CADET dit :

    ……..à propos le film s’appelle « Dans la maison ». Mais là c’est une déviation de la création noyée dans les fantasmes personnels de l’auteur.

  4. rodyirandir dit :

    Hum…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s