Le monde du livre n’est pas (qu’) un panier de crabes

En un an et demi en IUT métiers du livre, j’en ai entendu des vertes et des pas mûres sur le monde du livre.

Panier de crabe, ambiance délétère, compétitivité qui confine au combat d’arène, manque d’argent et donc vénalité, on m’a parlé du pire et c’est d’ailleurs pour ça que j’ai fini par laisser tomber. Quand on a passé des tests d’admissibilité, des tests d’admission, qu’on a tanné ses profs de lycée pour avoir de supers appréciations, et qu’ensuite on s’entend dire que tout cela n’aura servi à rien, qu’on ne trouvera pas de travail, qui si on en trouve on sera payé au lance-pierres, que les éditeurs sont des requins et les auteurs des c*nnards, et qu’en plus on acquiert sa première expérience en maison d’édition à compte d’auteurs, en bossant 3 mois et demi – et en sacrifiant donc ses vacances d’été – pour 300€ par mois, on est vite dégoûté… Et on laisse tomber.

Vous l’aurez compris, j’avais à peine un pied dans le monde de l’édition que déjà je prenais mes jambes à mon cou. pas très courageux, je vous l’accorde, mais je vous assure que je ne le regrette pas.

Mais depuis que j’écris sérieusement, que j’ai des velléités de publications et que je partage mon expérience sur le net (via facebook et ce blog d’abord, puis via [Espaces Comprises]) j’ai découvert que non, le monde de l’édition et des auteurs, ça n’était pas que ça.

Bien sûr, il y a des imbéciles. Comme partout d’ailleurs. des gens qui vont vous prendre de haut, vous traiter comme s’ils étaient tellement mieux que vous, parce qu’ils sont auteurs/éditeur/correcteurs/« agent littéraire »/que sais-je encore. Il y a des gens qui sauront pas accepter une critique, même argumentée, diplomate et constructive, ou qui vous taxeront de plagiat à la première similitudes avec leur « œuvre » – parfois d’un qualité discutable -.

Il y a des gens qui, par jalousie, iront se créer de faux comptes sur les différents sites de vente et de notation des livres, juste pour le plaisir de vous pourrir et de vous mettre 0/5 quinze fois, parce que vous avez des lecteurs et eux pas. Ou juste parce qu’ils seront aigris.

Mais tout ça, ce n’est absolument rien face au petit monde que se sont construits les galériens de l’écriture de tous poils, où règnent les conseils et l’entraide.

Alors, bien sûr, les conseils ne sont pas toujours bons. J’ai sauté au plafond le jour où j’ai lu que « l’édition à compte d’auteur c’est génial », alors que c’est la pire chose qui soit pour un auteur. Mais l’intention, elle, est bonne: il s’agit de partager son expérience pour aider ceux qui passent par le même chemin qu’on a empreinté, et qui sont, comme nous à l’époque, farcis de questions et complètement paumés.

Aujourd’hui encore, alors qu’on m’a fait une proposition très flatteuse et que j’essaye de peser le pour et le contre, j’ai pu constater qu’il y a toujours des gens pour aider, donner leur avis, analyser, mettre en garde. Des gens qui ne sont ni vénaux ni mesquins, juste prêts à aider.

Alors, chers profs de l’IUT, je tiens à vous le dire: l’édition que vous connaissez est peut-être un panier de crabes, mais c’est sans doute parce que vous persistez à nager en eaux troubles…

Publicités

8 commentaires sur “Le monde du livre n’est pas (qu’) un panier de crabes

  1. Merci, tu me mets un peu de baume au coeur. Moi aussi j’ai des fois l’impression de mettre la main dans la bouche d’un barracuda quand je cherche à approcher le bout du rêve.

    • Alice dit :

      Il n’y a pas que cet aspect-là, c’est important de le dire… Je me rappelle mon état psychologique à l’IUT, ce n’était pas beau à voir, ils m’avaient complètement déprimée!

  2. Jo Ann v. dit :

    Comme partout, il y a des quartiers à éviter, là où tout le monde tire vers le bas. Il faut savoir reconnaître les bons coins. 🙂

  3. danielle dit :

    Il me semble que les perspectives nulles et les horizons bouchés ne sont pas spéciques à l’édition. Il y a toujours pire, partout.
    Alors comment s’en sortir? Bravo Alice, c’est exactement ce que je pense: continuer. On finit par trouver le bon milieu, les bons conseils et l’entraide nécessaire.
    Les tiens sont vraiment intéressants et utiles et j’en profite pour amener une question qui me pourrit la vie: la ponctuation. Par exemple le point après les tirets, est ce bien légal? y a t il une bible?

    • Alice dit :

      Merci Danielle pour tes encouragements, ça me fait vraiment chaud au cœur! Pour plus de conseils et d’articles, je te suggère également le site espacescomprises.com où trois compagnons écrivants et moi-même partageons notre expérience du monde du livre.

      En ce qui concerne la ponctuation il doit bien exister une bible sur le sujet quelque part mais je serais incapable de t’en donner les référence. En ce qui concerne le tiret d’incise suivi d’un point, je te confirme toutefois avec certitude que c’est tout à fait correct.
      Sur ce sujet, attention au placement des virgules, que l’on rencontre de plus en plus souvent là où elle ne doivent pas être! (un petit rappel de base: la virgule ne doit jamais se situer entre le sujet et le verbe, sauf si c’est une virgule d’incise)

    • Alice dit :

      Un exemple pour mieux illustrer mon propos concernant les virgules:

      « Danielle, intéressée par les divers aspects de la langue française, commenta sur le blog »
      Dans cette phrase, « Danielle » et le sujet et « commenta » est le verbe. Il y a deux virgules entre les deux mais elle introduisent l’incise, c’est-à-dire un élément qui complète et enrichit la phrase sans en changer le sens. on pourrait très bien dire « Danielle commenta sur le blog, la phrase serait tout aussi correcte.

      Par contre, « Danielle, commenta sur le blog. » est incorrect et à proscrire. On voit de plus en plus de virgules placées de cette manière, y compris dans des livres censés avoir été corrigés par des correcteurs professionnels, mais c’est une ineptie à proscrire. D’ailleurs on se rend bien compte en lisant la phrase à haute voix qu’on ne fait aucune pause à l’endroit où la virgule est placée et qu’elle n’a donc pas lieu d’être.

      • On m’a parfois reproché de placer une virgule devant certains de mes « et ». Je n’ai pas trouvé de règle spécifiant l’impossibilité de la chose, et je le croise régulièrement dans certains livres… certains me disent que la coordination remplace la virgule, mais je place une virgule pour le rythme de ma phrase. Ex : « Il serait vrai de dire que Camille est un ange descendu du ciel parmi le peuple des hommes et qu’il mérite toutes ces louanges » est tout à fait correct, mais long. Dans ce cas, pour moi, la virgule devant le « et » s’impose. Article sympa.

      • Alice dit :

        La virgule, c’est un peu compliqué. Je ne peux pas t’assurer qu’il est incorrect de la place avant « et » ; d’après ce qu’on m’a dit, la virgule ne se place devant aucune conjonction de coordination (mais, ou, et, donc, or, ni, car) pourtant j’avoue que c’est moi-même quelque chose que je fais régulièrement et qui ne me choque pas…

        Ce dont je suis sûre, à l’inverse, c’est qu’on ne peut jamais, au grand jamais, placer de virgule après les conjonctions… « […]parmi le peuple des hommes et, qu’il mérite toutes ces louanges. » Une faute qui me hérisse le poil et que je croise malheureusement dans de nombreux textes!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s