Une playlist pour me faire pardonner!

Hello tout le monde, comment allez-vous? Un petit moral? L’hiver qui n’en finit pas? Je vous comprends, mais hauts les coeurs, le Soleil revient! (Doucement, mais sûrement…)

Par ici, c’est la calme plat, comme vous l’avez sans doute remarqué. Je dois admettre que je n’ai pas été une hyper active de l’écriture ces derniers temps, même si j’ai terminé les corrections d’Arimaspes.

J’ai un peu plus bossé du côté d’[Espaces Comprises], et je me suis remise à la lecture qui en prenait u coup ces derniers temps… J’ai lu la trilogie de l’Empire Ultime, de Brandon Sanderson, Et pour quelques gigahertz de plus, d’Ophélie Bruneau, Feed 2 : Deadline de Mira Grant, Succubus Blues de Richelle Mead, et j’ai encore Du début à la fin de Kanata Nash, Genesis de Bernard Beckett, et plein d’autres qui m’attendent… Bref, j’ai fais remonter en flèche mon quota de lecture-plaisir, sans prise de tête.

Mais bon, en parallèle, je n’oublie pas « le boulot » et je me consacre à mes recherches et à mon plan pour Arimaspes 2 (peut-être Arimaspes – Lignage). J’ai commencé l’écriture proprement dite aujourd’hui et j’ai aligné 3600 signes espaces comprises – pas une mince affaire pour moi, mais j’avais commencé sous forme manuscrite et j’ai donc pu peaufiner l’ouverture de cette suite/préquelle.

J’ai dans mes documents-trame un arbre généalogique qui me pose problème, en raison de deux branches que j’hésite à retirer. Tout dépendra, je pense, de la fin de Lignage. Je verrais alors si ces deux branches sont utiles ou non.

En attendant de plus amples nouvelles, je partage avec vous ma playlist d’écriture sur Youtube!

!

Publicités

Mes excuses

Hier, vous étiez nombreux (des centaines, que dis-je, des milliers !) à attendre la nouvelle interview… Qui n’est pas venue.

C’aurait dû être celle d’une lectrice de romans autoédités, un nouveau point de vue, donc. L’interview est bien là, soigneusement rangée dans mes dossiers, n’attendant que mon bon vouloir pour être publiée. Mais hier, j’avais un choix qui s’imposait à moi : faire tout mon travail professionnel et corriger Arimaspes, faire tout mon travail professionnel et m’occuper de mon blog, ou m’occuper de mon blog et corriger Arimaspes.

Comme j’étais au bureau, mon travail pro est passé avant – ce qui est somme toute logique, et essentiel à mes finances – restait à départager Arimaspes et le blog.

D’habitude, mes textes en cours passent après tout le reste ; marquez donc ce jour d’une croix rouge, mes amis, car j’ai inversé la tendance ! Arimaspes aurait dû être envoyé aux bêtalecteurs en fin de semaine dernière ; j’ai merdouillé et les corrections n’étaient pas finies. Mais je n’ai pas envie d’accumuler encore du retard (que je commence tout juste à rattraper) pour mon travail d’écrivain, donc c’est décidé : aujourd’hui, je finis mes corrections et j’envoie le texte à la bêtalecture.

Dans le coup, c’est le blog qui prend un peu de retard, mais je saurais me faire pardonner. Si si, je vous assure.

Reprise des hostilités

Salut tout le monde!

Voici quelques temps que je n’avais pas posté d’articles… C’est simplement qu’il n’y avait pas grand chose à dire car l’écriture à été mise un peu en stand by. J’ai bien produit deux ou trois petites choses, mais rien que je veuille rendre public pour le moment! De plus, nouveau job oblige, j’ai laissé l’écriture de côté pour un temps mais celui-ci est révolu! Me voilà de nouveau prête à reprendre demi-fée! D’ailleurs, après avoir de nouveau demandé des avis via Facebook sur l’extrait que j’avais publié, j’ai décidé de mettre l’intégralité du chapitre 1 en libre accès.

Dans la foulée, j’ai terminé le chapitre 7 et je l’ai envoyé hier soir à mes bêtas-lecteur, qui me diront ce qu’ils en pensent bientôt (j’espère). On y voit apparaître un nouveau personnage qui devrait faire des siennes dans le chapitre 8 (ou peut-être 9) tandis que deux visages connus (ou pas, vu que je n’ai pas d’illustrations!) se retrouvent réunis, plutôt pour le pire, dans l’immédiat.

Aintza, mon héroïne, prend une décision qui lui donne enfin une ligne de conduite, c’est pas trop tôt. (Ces auteurs, franchement, avec leur manie de traîner en route…)

Bref, j’ai l’impression d’avancer dans l’histoire et ce n’est pas plus mal, car jusqu’à maintenant j’avais la sensation de n’aller nulle part. J’espère que les retours seront bons, même si, comme à mon habitude, j’angoisse!

Il est temps de se remettre au chapitre 8, à bientôt!

Grand ménage de printemps!

Aaaaaaah, le printemps, les oiseaux qui chantent, Paris qui pue encore plus à cause de la chaleur… Maiiiiis ne nous attardons pas sur ces points négatifs, today is the international smiling day! (parce que je viens de le décider, et ça devrait être comme ça tous les jours!)

De retour de vacances samedi dernier, j’ai bien profité de ma semaine à Brocéliande où les paysages sont magnifique, les gens adorables et la nourriture parfaite. Mon homme a pris quelques photos sympas qui arriveront bientôt (quand il aura récupéré Lightroom pour pouvoir les travailler) mais j’en ai mis une première en bannière sur ma page auteur. J’espère qu’elle vous plaît autant qu’à moi! 😉

En revenant comme le beau temps est là (même si c’est seulement par intermittence) et le printemps aussi (dixit le calendrier), j’ai décidé qu’il était temps de faire du tri dans mes multiples textes qui traînent dans les divers dossiers de mon disque dur externe.

C’est désormais chose faite avec onze projets intéressants dénombrés et huit mis de côté car sans consistance ou par simple désintérêt.

Parmi les lauréats du prix « Je te retravaillerais sans doute un jour », on compte Prison, Censurat, Doarha no hana ou encore Déchues. Des textes tous très différents, qui m’ont été inspirés à diverses périodes de ma vie et qui prennent place dans des univers hétéroclites bien que tous assez sombres. Serais-je quelque peu cynique? C’est fort probable. En tout cas, il fauit que je me bouge le popotin si je ne veux pas laisser tout un coffre de textes inachevés lorsque je décéderai, riche, reconnue et plusieurs fois best-seller. (Oui, je rêve, et alors?)

Une question par jour…

J’ai trouvé ceci sur  le blog de Jo Ann: http://ladybirdisms.blogspot.com/ , et je me suis dit que ça pouvait être sacrément intéressant d’y répondre.

Donc je vous met le questionnaire, et ensuite je créerai un article par question/réponse, et je mettrais ici le lien vers l’article correspondant à la question.

01. Qu’écrivez-vous en ce moment?
02. Quel est le registre d’écriture (comique, tragique, horreur, humour, etc.) dans lequel vous êtes le plus à l’aise?
03. Thé, café, jus d’orange, chocolat chaud… Que buvez-vous quand vous écrivez?
04. Vers quel genre de récit (imaginaire, polar, épistolaire) vous tournez-vous le plus naturellement, lorsqu’une idée vous vient ?
05. Avez-vous un moment privilégié pour écrire dans la journée ?
06. À quelle vitesse écrivez-vous ?
07. Qu’est-ce que vous ne pouvez vous empêcher de mettre dans vos textes ?
08. Papier-stylo ou Word-clavier ?
09. Quel thème ressort de l’ensemble de votre production écrite ?
10. Que corrigez-vous en ce moment ?
11. En tant qu’auteur (et non lecteur), préférez-vous écrire des nouvelles ou bien des romans ?
12. Avez-vous des épiphanies créatives ?
13. La question maudite : et vos tics d’écriture, pouvez-vous nous en parler ?
14. Êtes-vous auteur de fanfictions ? Si oui, quels fandoms ? Si non, pourquoi ?
15. Si l’un de vos textes venait à être publié, et à avoir un succès fou, verriez-vous les fanfictions inspirées de votre récit d’un bon œil ?
16. Pouvez-vous écrire plusieurs textes à la fois ?
17. Avez-vous des bêta-lecteurs « attitrés » ?
18. Lorsque vous écrivez, écoutez-vous de la musique ?
19. Pouvez-vous écrire partout ?
20. Est-ce que vos lectures influencent votre manière d’écrire ?
21. Êtes-vous du genre à partir d’une idée, écrire, et prévoir le scénario en chemin, ou à tout planifier avant de commencer l’écriture, même si par la suite vous devez dévier de votre synopsis ?
22. L’endroit le plus insolite où vous avez eu une idée géniale qu’il vous était impossible de noter ?
23. Lorsque vous écrivez, revenez-vous sur vos phrases pour les corriger au fur et à mesure, ou êtes-vous plutôt du genre à ne pas revenir en arrière tant que l’inspiration est là ?
24. Écrivez vous « porte ouverte » (en montrant tout au fur et à mesure à vos lecteurs), ou « porte fermée » (en ne montrant rien tant que le point final n’a pas été posé, et la relecture effectuée) ?
25. Avez-vous un planning d’écriture où vous échelonnez votre production à venir ?
26. En moyenne, combien de fois revenez-vous sur un texte pour le corriger ?
27. Avez-vous déjà participé à un NaNoWriMo (www.nanowrimo.org) ?
28. Parlez-vous de ce que vous écrivez à vos proches et amis non écrivant ?
29. Bêta-lisez-vous ? Si oui, cela influence-t-il votre manière d’écrire ? Si non, pourquoi ?
30. Quel a été votre premier texte abouti ?
31. Qu’écrivez-vous en ce moment ? (c’est la même question que la 01, mais votre réponse est peut-être différente…)

 

En photos – 2

Dans la forêt le grand arbre se dresse, surplombant de sa noire présence les êtres alentours. Il voudrait ne montrer que sa sombre apparence, mais ses branches tordues trahissent que son esprit est plus complexe qu’il ne veut bien le dire ; car il nous fournit chaque bouffée d’air que l’on inspire, même s’il doit le faire à son corps défendant…

Il est là pour protéger les chemins de la forêt, le Vieux, préserver ces sentiers si discrets, et qui pourtant font courir la vie entre les arbres centenaires. Le Vieux laisse passer quiconque veut arpenter ces voies, mais gare à qui les corrompt…

Tout au bout du chemin, caché derrière les buissons, s’épanouit le Lac Paisible, vivier d’une faune dont la vie s’enracine jusque dans les fonds troubles d’une eau aux propriétés légendaires…

On aimerait nous aussi pouvoir parcourir d’une patte palmée les courants innocents de cette étendue lisse.

De l’écriture en tandem

Malgré mon absence sur mon blog et ma page auteur ces derniers temps, et les diverses difficultés auxquelles j’ai du faire face, deux projets continuaient, lentement mais sûrement, leur avancée.

Tout simplement parce que ces deux projets ne sont pas uniquement les miens – d’ailleurs chacun d’eux repose sur une idée originale qui n’est pas de moi.

Etant donc prise par des obligations envers mes co-auteurs (et aussi par le plaisir de voir évoluer ces projets, oui oui Eiphel, y compris le nôtre, même si tu ne le vois pas!)

Ces textes seront donc sûrement publiés avant tout projet uniquement personnel, mais cela ne me dérange pas. ^^

Bref, tout ça pour dire que la co-écriture révèle de nouveaux aspects de l’exercice narratif.

D’abord, le fait que le projet de base ne soit pas le mien. L’auteur d’origine a donc sa propre idée du récit, une image, un concept déjà plus ou moins défini qu’il faut accepter et respecter. Néanmoins, en tant que co-auteur, il faut apporter sa touche personnelle, sa propre vision des choses ; savoir voir le meilleur dans la vision de l’autre pour en tirer le meilleur.

Il faut donc savoir trouver un équilibre: savoir changer les éléments constitutifs du récit tout en en gardant l’esprit. Savoir, aussi, dialoguer avec son collègue, accepter la critique, comprendre le point de vue.

Bref, c’est un exercice social autant qu’imaginatif.

Mais il y aussi le défi que cela représente. Habitués à écrire selon nos propres critères, dans nos univers, avec nos personnages, nous n’avons pas l’habitude d’écrire avec une quelconque contrainte. Bien souvent, c’est d’ailleurs pour échapper aux contraintes que nous écrivons. Et c’est cette libération qui fait la qualité de nos textes.

Et voilà que nous devons faire vivre ce qu’un autre à créé, en essayant de garder le même talent. (oui, aujourd’hui j’ai décidé que j’avais du talent!)

Essayer aussi de rester à la hauteur du projet, qui peut être immense, riche, complexe, et magnifique. Savoir le dévelloper, le préciser, lui donner forme, sans l’appauvrir. Savoir être, soi-même, aussi riche que le projet lui-même.

Tout ça c’est mine de rien un programme bien chargé ; aussi ne m’en voulez pas si je suis quelques peu absente. Non pas que je n’aime pas écrire pour moi-même, mais le temps me manque et mon enthousiasme est pour le moment absorbé ailleurs…

J’ose de plus espérer que ces exercices seront pour moi un enrichissement en tant que personne mais aussi et surtout en tant qu’écrivain, et qu’ils profiteront donc à mes futurs textes…