Quelques pistes pour les synopsis

Écrire le synopsis pour son récit est toujours un exercice difficile, et malheureusement, il n’y a pas de recette miracle. C’est pour cela que la page s’intitule « quelques pistes pour un synopsis »: je ne saurais vous proposer une méthode qui réussisse à tous les coups.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un synopsis? Au sens large, il s’agit d’une vue générale d’une situation. Plus précisément, c’est un terme utilisé dans le domaine cinématographique pour parler du schéma d’un film, scène par scène.

Cette configuration est parfois reprise pour le synopsis d’un livre: on en fait le résumé, chapitre par chapitre.

Le synopsis est notamment utile lorsque l’on veut soumettre son manuscrit à un éditeur. Il n’a pas pour but de tenir le lecteur en haleine, mais plutôt, au contraire, de dévoiler l’intrigue dans ses grandes lignes afin que l’éditeur potentiel puisse constater que le récit tient la route.

Voici une petite aide, trouvée (encore une fois) sur CoCyclics:

« [Le synopsis doit être]:

* un texte rédigé,

* qui reprendre les informations importantes du roman, mais pas toutes les scènes,

* qui débute par une description du contexte général du monde, puis du contexte initial de l’histoire,

* qui met en valeur les lignes d’intrigue, en les regroupant et en respectant la chronologie – pas forcément strictement (voir la remarque suivante), mais dans le but de maximiser la compréhension du lecteur.

En faisant cela, on dépasse forcément la découpe en chapitres. Ce qui se passe plutôt c’est qu’on découpe le roman en ‘parties’, qui sont des grandes étapes de narrations relativement autonomes – qui seront des paragraphes dans le synopsis.

Il est possible et même souhaitable que le synoptique contienne des phrases qui résument une sous-intrigue qui coure sur plusieurs chapitres (exemple : « Jane va graduellement se sentir attirée par John » – les détails comptent peu, on comprend rapidement qu’il y aura N petites scènes pour le décrire, et on se doute que ces scènes seront en rapport plus ou moins avec le reste de l’intrigue, mais on se fiche des détails)

J’ajouterai qu’il me parait utile pour l’auteur (je veux dire en plus du reste) de soigner le style de rédaction du syno (un peu dans l’esprit du « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisement »). C’est du temps passé qui est (en théorie) pris sur la rédaction, mais tout sauf perdu parce que les lignes de forces de son roman (ou leur absence) seront plus claires dans sa tête et ça l’aidera dans le travail d’écriture/réécriture. »

Pour moi, cette recette est l’une des plus efficace pour écrire un bon synopsis.

Je me permet d’ajouter ma définition du synopsis avec exemples bidons à l’appui, que j’avais postée sur le Forum de la littérature fantastique:

« Déjà, réduit au minimum la description des relations entre tes personnages. Par exemple: « Bidule et Machine, qui s’aiment, partent en quête de la Harpe d’Or. », c’est tout de suite beaucoup plus court que « Bidule et Machine, qui s’aiment mais c’est compliqué parce que Bidule est narcoleptique et machine est atteinte de dédoublement de la personnalité et de la maladie d’Alzheimer, et qu’en plus leurs parents ne s’aiment pas parce que le grand-oncle de bidule a volé le cheval du grand-cousin au troisième degré de machine, décident d’aller à cheval – mais sur des chevaux cagneux – à la recherche de la Harpe d’Or qui en fait est juste plaquée or »… Tu me suis? L’important, ce sont les étapes qui sont franchies, les grandes lignes du récit.

Tout te semble important, parce que les particularités de tes personnages et la complexité de leurs relations sont les éléments qui donnent de la profondeur à ton roman. Mais en fait, on s’en fiche de savoir si truc est hypocrite ou si machin aime les pommes et pas les poires. Tout ça, c’est une partie de la lecture plaisir. Or le synopsis n’est pas là pour le plaisir.

Donc, si tu veux rédiger un synopsis de manière efficace, commence par faire une liste des événements « primaires » du récit. Tu sais ce qu’on apprend au début du collège: situation initiale, élément perturbateur, péripéties, dénouement. Laisse de côté tout ce qui est événements secondaires, ce qui « fait avancer l’histoire ». En fait, tu dois donner l’évolution générale, les situations successives dans lesquelles se trouvent tes personnages, mais pas dire comment ils passent d’une situation à l’autre, du moins pas dans le détail.

Donc: « Machine, qui a rencontré Bidule dont elle est tombée profondément amoureuse, doit partir à la recherche de la Harpe d’Or afin de sauver le Grand Poirier des Dieux ». Et non pas: « Machine, qui a rencontré Bidule au fin fond d’un auberge blindée de monde, bruyante et crasseuse, est tombée éperdument amoureuse de lui en raison de ses magnifiques cheveux turquoise et de son si long nez. Ils décidèrent, après avoir parlé trois longues heures, échangé des dizaines d’arguments, s’être mis une murge à l’alcool de framboise et avoir dansé avec des lutins sans tête, de partir à la recherche de la Harpe d’Or dont il devait jouer 10 heures d’affilée lors d’une nuit sans lune pour éviter que le poirier des Dieux ne soit foudroyé par un éclair de glace »…

J’espère vous avoir un peu aidés! 🙂« 

Publicités

2 commentaires sur “Quelques pistes pour les synopsis

  1. KED dit :

    Vive l’histoire de la Harpe d’or!!! J’attend le roman avec impatience!!! XD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s