Envies de meurtre

La hache s’enfonça dans le crâne du mercenaire, brisant les os pour laisser s’échapper la cervelle qui fuyait le contact de la lame.
Trop tard ; déjà l’arme tranchait l’amas sanguinolent, coupant court à toute pensée qui aurait pu traverser l’esprit de la victime à cet instant.
Tandis que le sang ruisselait sur les traits figés de celui qui, sans le savoir, était déjà mort, le combattant extirpa le tranchant de la tête fendue. Ses deux mains puissamment nouées autour du manche, il emmena avec lui quelques bouts de cerveau supplémentaires.
Se tournant pour chercher quelqu’un d’autre à tuer, il eut à peine le temps de voir le fléau qui écrasa sa face, ravageant ses traits, faisant gicler l’hémoglobine. La souffrance pulsa, dessinant une étoile de fissures sous le visage à jamais fracassé.
« Oh, merde… », pensa-t-il.
Puis il mourut.

Publicités

Un commentaire sur “Envies de meurtre

  1. David dit :

    J’aime ce genre délicat! 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s